A-t-on raté l’adaptation de la société au vieillissement ?

ImprimerImprimerEnvoyer par emailEnvoyer par emailTélécharger en PDFTélécharger en PDF

Les mouvements sociaux qui ont bousculé les Etablissements d’Hébergement pour personnes Âgées Dépendantes, en janvier et mars dernier, ont mis à jour des situations « indignes », allant même jusqu’à évoquer des « maltraitances institutionnelles ». Surtout, les médias ont montré des personnels des Ehpad épuisés par des conditions de travail qui ne leur permettent plus d’assumer leur mission à la hauteur de leur motivation à bien faire.

Alors que le Conseil Economique, Social et Environnemental avait émis un avis favorable sur la loi « ASV » (adaptation de la société au vieillissement), il formule de fortes réserves dans un rapport publié en avril (« Vieillir dans la dignité »). Pour le conseil, les progrès sont insuffisants et sûrement pas à la hauteur de l’ambition affichée à l’époque par le législateur. Il constate l’échec d’une offre d’hébergement insuffisante, interrogeant une tarification – récemment réformée – qui n’est pas adapté aux défis qui se posent. Le CESE s’inquiète des incertitudes qui prévalent quant au financement de la perte d’autonomie alors que les projections démographiques annoncent des périodes très tendues en ce domaine.

Le rapport du CESE émet 15 préconisations qui prônent les mesures préventives, la recherche de financements, un bilan des disparités sociales et territoriales, l’accroissement des moyens aux Ehpad, la recherche de solutions alternatives, la construction des parcours coordonnés associant tous les intervenants à l’échelle d’un bassin de vie, l’implantation de nouveaux établissements, l’extension de la notion d’accompagnement global, l’obligation de normes d’encadrement minimales dans les Ehpad, le développement des postes d’accompagnants éducatifs et sociaux à domicile et en institution et la revalorisation des métiers.

La solution passe sans doute par toutes ces mesures. Mais elle doit reposer sur un socle stable et fort : l’affirmation sans ambiguïté du principe de solidarité qui prévaut aux choix de la Nation française.

Ne serait-il pas temps de proposer une réflexion nationale pour poser les principes d’accompagnement des personnes âgées (en associant largement les citoyens) autour desquels les projets et les financements, le rôle et la mission des organismes gestionnaires trouveraient de nouveaux repères pour répondre aux attentes de la population ?

Commentaires

Bonjour les amis, le réseau Pratiques Sociales que je préside organise ses 24° Journées (mars 2019) sur :"Représentations de la vieillesse - vieillesse des représentations" : je me suis dit que "Repolitiser l'action sociale" pouvait être partenaire de cette manifestation ? Saul Karsz 06851023336 saul.karsz@gmail.com

Ajouter un commentaire

You must have JavaScript enabled to use this form.

CAPTCHA
Cette case à cocher permet d'éviter le spam