Tous les billets de la semaine

Qui porte la service public ?

Cet agent de pôle emploi, travaillant dans une agence d’un quartier de la banlieue parisienne, explique que c’est par choix qu’il œuvre ici depuis quinze ans, auprès de publics fortement précarisés. Il explique : « Là, au moins, je me sens utile à quelque chose. »

Lire la suite

Réforme de la formation

On ne cesse de réformer la formation par des lois, des mesures gouvernementales, des nouveaux dispositifs… Et celle des travailleurs sociaux n’échappe pas à la règle.

Lire la suite

Nostalgie quand tu nous tiens !

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître…

A cette époque, le travail social était fait de mesures, aujourd’hui dépassées, qui marquaient la fin des trente glorieuses. Parmi ces objets « vintages », on trouve les aides alimentaires et autres secours mensuels en protection de l’enfance, la tarification des établissements issue de la loi de 1975, les Travaux d’Utilité Collective (TUC), les « nouvelles » annexes XXIV, le Revenu Minimum d’Insertion (RMI), etc.

Lire la suite

Il faut mettre un terme aux appels à projet

Dans ses textes et billets, Repolitiser l’action sociale a régulièrement formulé des critiques quant aux effets pervers induits par le dispositif bureaucratique des appels à projet. Nous sommes aujourd’hui rejoints dans cette critique par l’ancien maire de Valencienne.

Monsieur Jean-Louis Borloo a remis au premier ministre, le 26 avril, un rapport intitulé « Vivre ensemble, vivre en grand, pour une réconciliation nationale » relatif aux quartiers prioritaires. Ce rapport comporte 19 programmes d’action pour renouveler les politiques de la ville.

Lire la suite

Vers le cinquième risque ?

Le 15 avril, lors d’une interview télévisée, le Président de la République a annoncé qu’il voulait apporter des solutions aux problèmes de dépendance, y compris en envisageant la création d’un cinquième risque pour la sécurité sociale. Cette ouverture fait suite aux mouvements sociaux qui ont agité les Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes en ce début d’année.

Lire la suite

A-t-on raté l’adaptation de la société au vieillissement ?

Les mouvements sociaux qui ont bousculé les Etablissements d’Hébergement pour personnes Âgées Dépendantes, en janvier et mars dernier, ont mis à jour des situations « indignes », allant même jusqu’à évoquer des « maltraitances institutionnelles ». Surtout, les médias ont montré des personnels des Ehpad épuisés par des conditions de travail qui ne leur permettent plus d’assumer leur mission à la hauteur de leur motivation à bien faire.

Lire la suite

Loi asile

La loi asile est votée. Elle a semé le trouble parmi les députés de la majorité tant elle est apparue, à certains, comme attentatoire aux droits des personnes.

La Ligue des Droits de l’Homme, dans un communiqué du 2 mai 2018, ne mâche pas ses mots :

« Jamais, en effet, un gouvernement n’aura été aussi loin dans la maltraitance des personnes étrangères, systématiquement perçues comme indésirables et comme sources de problèmes.

Lire la suite

Manifeste pour les politiques sociales

Il est réjouissant de voir l’Union Nationale des Institutions et Œuvres Privées Sanitaires et Sociales (Uniopss) occuper son rôle d’aiguillon des politiques sociales au nom du principe de solidarité.

Le manifeste produit par le 33ème congrès de l’union porte la volonté de peser sur le débat public en affirmant que les inégalités qui marquent notre société incitent à repenser fondamentalement nos choix de société.

Lire la suite

Vous avez dit contrôle des pauvres ?

La fameuse « circulaire Collomb » a défrayé la chronique et les passions, toutes idéologies confondues. Au-delà des faits, c’est la signification de ce genre de décision politique qu’il nous faut interroger.

Lire la suite

Risque de dilution du social dans l'humanitaire ?

L’action sociale s’est historiquement fondée sur la volonté de la société de ne laisser aucun de ses membres sur le carreau. L’action humanitaire, quant à elle, est née de la nécessité de porter secours aux peuples victimes de catastrophes.

La frontière entre ces deux zones d’action était claire : chez nous l’assistance aux pauvres et aux exclus, hors des frontières, ou en cas de malheur national, le secours à ceux que les guerres, les épidémies, les désordres économiques et politiques, les catastrophes naturelles ont plongé dans la détresse.

Lire la suite

Pages