BlacKkKlansman

ImprimerImprimerEnvoyer par emailEnvoyer par emailTélécharger en PDFTélécharger en PDF

Voilà un film qu’il faut regarder pour sa fin éminemment pamphlétaire. Car, si le cinéma américain est souvent accusé de patriotisme absolu et de simplisme, il faut le dire à tort, le nouvel opus de
Spike Lee est politiquement très inspiré. Il faut oser que de s’infiltrer au sein du Ku Klux Klan quand soi-même on est black ou de confession juive. Il faut oser que d’entendre ces tourbillons d’insultes
raciales dans le seul but de rendre justice à ces millions de personnes discriminées sur le sol américain pour leur couleur de peau ou leur pays d’origine. Il faut oser défier dans un pays comme
les Etats-Unis la règle implicite que l’Homme Blanc est le centre du monde.

Le cinéaste gratifié à Cannes d’un Grand Prix amplement mérité, choisit le ton du policier léger pour raconter ce qui constitue encore l’un des plus grands scandales américains, à savoir
l’institutionnalisation du racisme par la fameuse organisation du KKK. Un tel film est impératif à l’heure de la montée des nationalismes en tout genre et de la banalisation des discours racistes.
Justement la mise en scène soignée, l’humour, la restitution parfaite des rues des années 70, donnent raison à un film qui dénonce la barbarie sans jamais verser dans la démagogie et la brutalité.
Même le rapport à la discrimination féminine est dénoncé, mettant en scène plus des godiches que des épouses militantes et dévouées à leur cause immorale.

En ce sens, « BalcKkKlansman » est une œuvre résolument atemporelle. Elle raconte une histoire incroyable qui aurait du mal à exister aujourd’hui. Le conformisme de masse et l’individualisme
capitaliste étant les normes dominantes du moment, il n’est pas certain que des policiers aient le courage d’engager toute leur administration pour mettre à mal une organisation aussi solide que le
KKK. Toujours est-il que le film fonctionne parfaitement bien. La mise en scène est diablement efficace, les comédiens nagent comme des poissons dans cette eau des années 70, et la musique
accompagne avec brio ce qui s’avère être une bonne comédie policière.

Ajouter un commentaire

You must have JavaScript enabled to use this form.

CAPTCHA
Cette case à cocher permet d'éviter le spam