Nos batailles

ImprimerImprimerEnvoyer par emailEnvoyer par emailTélécharger en PDFTélécharger en PDF

C’est un homme qui travaille beaucoup. Mais au-delà de son engagement, c’est un homme qui met ses valeurs humanistes au service des ouvriers qu’il encadre dans l’usine où il bosse. Mais ses efforts à sauver ses hommes, tout en respectant scrupuleusement le cadre d’exercice et hiérarchique, lui font oublier qu’il a une épouse, très proche de ses enfants, et qui tente d’avaler un accident malheureux qui a brûlé le torse de son aîné.

« Nos batailles » est un sujet risqué. Risqué au sens de la facilité avec laquelle il aurait pu tomber dans le maniérisme et le mélodrame. Au contraire, la mise en scène qui se centre autour du héros principal, met en jeu la complexité même de l’environnement où il évolue et du coup, échappe à la réduction et au manichéisme. Il est tout autant question dans ce récit de lutte des classes, d’organisation du monde du travail, que de la construction de la cellule familiale, dépendante des aléas extérieurs.

Cela fait de ce film une histoire réjouissante et délicate. Duris accède enfin à un rôle taillé à la mesure de son talent de comédien. On perçoit déjà la récompense qui l’attend aux Césars futurs. Les enfants sont tout à fait étonnants aux côtés de l’envergure d’un Romain Duris, ainsi que Laëtitia Dosch qu’on découvre avec ravissement d’un film à l’autre. « Nos Batailles » est un film d’acteurs. Il est écrit pour des gens qui aiment jouer. Le regard du cinéaste est d’une très belle bienveillance qui donne aux comédiens une liberté absolue de ton.

Ajouter un commentaire

You must have JavaScript enabled to use this form.

CAPTCHA
Cette case à cocher permet d'éviter le spam